Le régime paléo et moi

Régime paléoVoilà un peu plus d’un mois que je me suis lancé dans le régime paléo. J’ai envie de partager mon expérience, et de répondre à quelques questions à ce sujet.

Qu’est-ce que le régime paléo ? Pourquoi l’avoir choisi ? Comment est-ce que je gère au quotidien ? Combien de temps est-ce que ça va durer ? Quelles en sont les conséquences sur ma santé, mon bien-être ?

Je commencerai par préciser qu’il s’agit ici de choix, de responsabilités propres à chacun, et non de religion, de règles strictes. Il n’y a aucune loi qui interdit ou oblige à faire quoi que ce soit. Chacun est libre de ses choix et de prendre ses responsabilités, et c’est ce que j’ai choisi de faire.

Le régime Paléo, qu’est-ce que c’est ?

D’abord, remettons le mot régime à sa juste place dans ce contexte: ici, je ne l’emploie pas dans le sens de « régime pour perdre du poids », un truc qu’on se force à faire de manière ponctuelle sur une durée déterminée. Il s’agit plus du sens propre du mot régime. Dans ce contexte, le Larousse en donne la définition suivante « Ensemble de prescriptions concernant les aliments et destinées à maintenir ou à rétablir la santé ».

Le régime Paléo part de l’idée que l’agriculture a apporté à notre civilisation des aliments que notre corps ne permet pas d’assimiler de manière optimale. Tous les produits laitiers, et les produits à base de céréales, le sucre raffiné et tous les produits qui en découlent n’existent que depuis que l’agriculture s’est développée. Ceci est tellement récent que l’évolution n’a pas eu véritablement le temps de s’adapter et c’est pourquoi nous entendons de plus en plus souvent parler d’intolérances aux glutens, ou aux lactoses. Je ne débattrai pas ici du bien fondé de cette croyance, ni de savoir si elle a été vérifiée scientifiquement ou pas. C’est un débat qui ne m’intéresse pas. Pour moi, j’y trouve une certaine logique qui me convient.

Le régime Paléo donne une ligne de conduite de base relativement simple: Si ça peut se chasser, se pêcher, se cueillir, c’est bon à consommer. Cela inclut donc toutes les viandes et abats, les œufs, les poissons et fruits de mer, les légumes et les fruits. Une ligne simple, qui de fait exclut lactoses, glucoses industriels et glutens. Il préconise la consommation de graisses saines en remplacement des calories habituellement fournies par le sucre et les féculents.

Au-delà du régime alimentaire propre, le mode de vie Paléo encourage l’activité sportive, nécessaire à un bon équilibre physique et psychique, ainsi qu’à la consommation de produits issus de modes de productions durables: Bio, pêche modérée, etc… Ici on rejoint déjà plus des inquiétudes de nos périodes modernes, qui ont beaucoup de sens pour l’avenir de notre civilisation.

Vous trouverez sous ce lien une description des aliments considérés comme paléo

Pourquoi avoir choisi le régime Paléo

Voilà longtemps que je souhaite changer mon mode d’alimentation. Victime de fringales, principalement liées à de la culpabilité mal placée, j’avais tendance à manger beaucoup d’aliments gras et sucrés. En 2003, je pesais 132 kg. Le cours de la vie aidant, j’ai perdu beaucoup de poids et suis descendu jusqu’à 98 kg en 2013 pour remonter vers 106 kg et me stabiliser au printemps de cette année.

Récemment, j’ai enfin mis un trait sur la culpabilité. Grand soulagement. La vie semble plus simple, plus abordable, et les fringales ont pour ainsi dire disparues. Reste que le poids n’était toujours pas facile à gérer.

Déjà attentif à la provenance de mes aliments, j’ai commencé à m’intéresser à leur composition. Et j’ai constaté à quel point on ignore ce que l’on consomme, en particulier lorsqu’on est une personne seule, qui cuisine peu, et qui donc mange des plats préparés, ou facilement un bon plat de pâte, une pizza…

Etant souvent fatigué, j’ai essayé une fois d’arrêter complètement les produits laitiers. Très difficile, car on retrouve des lactoses dans beaucoup d’aliments dans lesquels on ne les attends pas du tout. Dans la même lignée, je me suis inquiété de ma consommation de sucre, et là également, en consultant les étiquettes, j’ai constaté que je consommais beaucoup plus de sucre que ce je pouvais bien croire. On en trouve même dans le jambon, le lard fumé, encore une fois des aliments dans lesquels je n’en imaginais pas la présence. Enfin, le gluten est reconnu de plus en plus comme étant une protéine difficilement assimilable pour beaucoup de gens. Ayant toujours eu des problèmes de transit, j’avais également dans l’idée d’essayer un régime sans. Là encore, un véritable casse-tête, celui-ci pouvant être partout où on ne l’attend pas.

Puis j’ai découvert des articles sur internet au sujet du régime Paléo. La simplicité de la ligne directrice a été un déclencheur. Je n’avais plus besoin de me demander comment j’allais éviter les produits contenant des glutens, des lactoses, du sucre raffiné ou un dérivé, ou des céréales. Grâce à ce régime, je n’aurais qu’à me concentrer sur une règle simple: Si ça peut se chasser, se pêcher, ou se cueillir, et que ce n’est pas « né » avec l’agriculture, je peux le manger. D’une simple règle, je pouvais résoudre tous les problèmes liés à des régimes spécifiques sans les éléments que je souhaitais éviter.

En 24h, la décision était prise. C’est la première fois de ma vie que je tente un changement de régime alimentaire aussi radical.

Comment le gérer au quotidien ?

Dès le premier jour, j’ai commencé par un petit-déjeuner très différent qui en surprendra plus d’un. Maintenant, celui-ci est basé sur un grand apport de protéine et de fruits, éventuellement de légumes: filet de truite fumé, oeufs brouillés, fruits, une ratatouille par-ci, des carottes par-là. Je n’ai jamais eu de difficulté avec ce changement. J’ai toujours aimé les petits-déjeuners continentaux des hôtels. Manger salé le matin ne me pose aucune problème.

Durant la journée, des en-cas sous la forme de fruits ou d’œufs durs me permettent de patienter jusqu’au repas suivant.

Le midi, n’étant pas à la maison, je vais acheter une salade fraîche dans une boulangerie à proximité de mon lieu de travail. Salade au thon, salade au poulet. Dans ce contexte je n’ai pas véritablement le contrôle de la composition de la sauce à salade. C’est un compromis acceptable pour moi. Je complète ce repas par du jambon bio de la coop (le seul du marché des grands distributeurs qui ne contiennent pas de sucre), ou du poisson fumé par exemple. Il m’arrive également de préparer mon repas et de l’emporter dans une boîte. Dans ce cas je sais toujours ce qu’il y a dedans.

Pour le repas du soir, j’ai eu préparé des ragoûts, de la ratatouille, mangé des escalopes de poulets, des steaks, du poisson, bref, tout ce qui rentre dans la directive de base.

Une chose à relever: Manger sainement coûte plus cher. Il est vrai qu’il faut compter sur une augmentation du budget nourriture. Toutefois, c’est également un compromis acceptable. Je préfère une meilleure santé en mangeant plus cher, qu’être diabétique à 50 ans. A chacun ses priorités.

Comme je mange souvent au restaurant, j’avais l’appréhension d’avoir de la peine à suivre le régime paléo dans ces conditions. Pourtant, à chaque fois que j’y suis allé, j’ai pu manger aussi paléo que possible: Un morceau de viande sans sauce accompagné de légumes, des abats, toujours sans sauce, des sashimis plutôt que des nigiris si on aime ça, un grill mix de poissons et fruits de mer avec des légumes… En dessert, une salade de fruit frais, quand c’est possible, sinon je me passe de dessert. Et encore une fois, comme je n’ai pas véritablement le contrôle des produits utilisés en cuisine par le chef, j’ai décidé que c’était pour moi un compromis acceptable.

Depuis plus d’un mois maintenant, je ne consomme plus aucun sucre raffiné, ni aucun produit en contenant, plus de gluten, plus de lactoses, sauf de minuscules exceptions sur lesquelles je n’ai pas de contrôle.

Combien de temps est-ce que ça va durer

Je n’ai pas d’objectif de durée. J’aimerais dans un premier temps le faire pendant trois mois, puis faire un bilan sanguin afin de vérifier que je n’ai pas de carence, ni de pics de cholestérol par exemple. Ensuite, ça durera le temps que ça durera. Mon nouveau mode de vie est centré sur les choix et les responsabilités. Dès lors, si je fais le choix de changer de régime, j’en prends l’entière responsabilité. Je ne fais pas de plans sur la comète.

Souvent, une raison de ne pas tenter un changement, un régime particulier, tient à la peur de ne pas avoir la discipline nécessaire à le suivre strictement. J’ai décidé que ça n’avait pas d’importance. Si je le fais strictement, tant mieux, si non, tant mieux aussi. Chacun est libre d’adapter son entreprise selon son ressenti, ses besoins. Encore une fois, chacun est libre de prendre la responsabilité de ses choix. Peu importe l’avis de l’entourage. La seule personne qui est à écouter à mon avis, et seulement des propos étayés par des faits (résultats d’analyses par exemple), c’est le médecin. Si mon médecin m’annonce dans deux mois que mon niveau de cholestérol explose, je serai bien forcé d’en tenir compte si je ne veux pas mettre en péril ma vie. Par contre, toutes les personnes qui peuvent dire « c’est stupide, tu vas avoir des carences… » ou « ce régime paléo c’est n’importe quoi… » ou je ne sais quel autre commentaire totalement stérile sont à ignorer.

Quels sont les conséquences sur ma santé

C’est un peu difficile à dire pour l’instant. Il me semble avoir un meilleur sommeil, et un meilleur transit. Souvent fatigué par le passé, je me sens plus alerte du lever au coucher, même s’il m’arrive encore d’avoir des coups de barre, en particulier s’il m’a manqué une heure de sommeil. On peut probablement considérer que c’est normal. Le plus impressionnant est la perte de poids. Mon but n’était pas là, pourtant, en un mois, j’ai perdu 4 kg. J’attendrai d’avoir fait un bilan sanguin pour en tirer des conclusions.

Ce qui n’a pas changé pour l’instant dans mon cas, ce sont les allergies aux pollens (graminées et arbres), les intolérances aux oléagineux (noisettes, amandes en particulier), aux abricots, et aux cerises, la rhinite chronique. J’espérais que le régime Paléo apporterait une amélioration pouvant montrer qu’il y avait allergies ou intolérances par combinaison. Ça ne semble pas être le cas.

En parallèle du changement alimentaire, j’ai également repris le sport. Entre une et trois fois par semaine de fitness. Evidemment, c’est un plus important, toutefois il n’est pas suffisant à justifier à lui seul la perte de poids.

En conclusion

Le régime paléo m’a permis de m’affranchir aisément des glutens, des lactoses et du sucre raffiné. La simplicité de la directive était pour moi essentielle. Il est en effet selon moi beaucoup plus compliqué de faire un régime sans gluten, un régime sans lactose, ou régime sans sucre ajouté.

Je ne suis pas un puriste du paléo. Je sais qu’il y a des exceptions, en particulier au restaurant. Je ne cherche pas à le devenir. Le changement est déjà extrême, et je suis convaincu que l’impact sur ma santé sera à la mesure de mon choix. Ce ne sera toutefois qu’après un bilan sanguin que je déciderai de ce qu’il en est vraiment.

Reste que dans les grandes lignes, il n’y a pas photo: c’est un mode d’alimentation qui est beaucoup plus sain que ce que je faisais avant. Je suis très heureux d’avoir pu enfin me passer du sucre. On en trouve suffisamment dans les fruits, certains légumes, et, pour les gourmands, dans le miel. Idem pour les glutens, dont je suis convaincu qu’ils sont en effet problématiques au vu de la quantité qu’on en trouve de nos jours dans l’alimentation, et ce uniquement pour leur intérêt dans la mécanisation du pétrissage, et les lactoses, auxquels je me sais partiellement intolérant, ce qui ne m’a pas empêché pendant des décennies d’en consommer.

Et vous ? Qu’en comment vous alimentez-vous ? et que pensez-vous de toutes les alertes santés dont on nous matraque de plus en plus ?

5 réflexions sur “Le régime paléo et moi

  1. Ton article m’ interpelle, je constate, à trois semaines « d’expérimentation » que ma décision est très positive aussi.
    En plus d’ avoir perdu un peu de poids, je constate une perte de cellulite déjà très visible. Plus que le poids, c’est la masse grasse qui diminue.
    Et mon humeur a changée, je retrouve ma joie de vivre, mon sommeil est profond et récupérateur, je n’ai plus mal aux hanches et aux articulations, bref, ma qualité de vie s’en trouve améliorée.
    Je réfléchis de plus en plus à mon organisation pour ne consommer que de façon Paléo pour continuer à améliorer ma santé.
    Je suis de mieux en mieux chaque jour, c’est une évidence.
    Ma grande fatigue perpétuelle a fait place à plus de tonicité, à la fois intellectuelle et physique.
    Je retrouve enfin ma vraie nature, après la quête de toute une vie.
    Et pour ma transformation ? Affaire à suivre, il y aura un avant/ après pour moi aussi, Et maintenant, cela ne tient plus du rêve, ce n’est qu’ une question de temps !

  2. Bravo. Je suis super content que tu en ressentes les effets positifs. Il m’a fallu 3 semaines à un mois également pour les ressentir.

    Malheureusement, ces derniers mois, j’ai lâché un peu, et comme par hasard, d’abord j’ai repris 5kg, d’autre part j’ai déjà attrapés 4 rhumes, les uns derrières les autres, qui traient en longueur. J’ai recommencé à faire plus attention depuis cette semaine et j’ai déjà reperdu 1kg. Prochaine étape, reprendre le sport 😉

  3. Bah, c’est comme çà dans la vraie vie, on trébuche et on se relève. Dans notre cas, du moins je le pense, on « mange » nos émotions, donc, il vaut mieux apprendre à les vivre, à ne pas essayer à tout prix de les étouffer et d’ utiliser la nourriture, cette fois, avec l’expérience, pour en faire au contraire une source d’ énergie, afin de surmonter, au mieux les épreuves.

    C’est ce qui m’ a permis de le comprendre, en le vivant durant ces derniers jours.

    Et, entre nous, ce qui est tout de même formidable, c’est qu’ à chaque fois que le poids remonte, il y a toujours cette solution et que le corps répond aussitôt.

    C’est magique d’ avoir une autre chance, encore et encore !

    Et puisque tu choisis de t’ offrir ce cadeau de pleine santé, tu vas réussir.

    Prends soin de toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *