Une semaine pour me dépasser

Une semaine de vacances imprévue, un besoin de me ressourcer, de faire sauter mes barrières, j’ai décidé, sur un coup de tête il est vrai, de partir marcher.
Le choix du chemin des Compostelle s’est imposé de par sa simplicité, la facilité d’hébergement, et l’altitude. Quand à l’itinéraire, je l’ai choisi pour se terminer proche de chez moi, à Romont. 

Marcher, c’est facile: il suffit de mettre un pied devant l’autre, puis de recommencer. Marcher 20km, c’est assez facile aussi. Enchaîner 5 a 6 jours sur 125km est une autre histoire. Pourtant je sais que j’en suis capable. Voilà deux ans et demi, je m’étais rendu dans les Alpes, au glacier d’Aletsch, et j’avais marché plus de 150km en 10 jours, sur les 2 semaines que j’y suis resté. J’ai toutefois profité de jours de repos. Reste que le dénivelé était bien plus important et donc le kilomètre effort plus elevé. Le chemin des Compostelle entre Huttwil et Romont n’est pas de La haute montagne. Le renouvellement le plus important sur une journée est de 700m (contre 1700 a Aletsch). 

Ici, j’ajoute toutefois une difficulté supplémentaire: je vais tenter de jeûner. C’est la cerise sur le gâteau si j’ose dire. Un défi de taille donc qui consiste à enchaîner 125km à jeun, avec un peu de lecture pour mes débuts de soirée et mes amis Facebook pour me soutenir dans les coups de mou. 

Pourquoi vous demanderez-vous ? 

Je suis dans une période fascinante de ma vie. En pleine découverte depuis quelques années, j’apprends, étape par étape, qui je suis. Et j’aime ce que je découvre. En cherchant à dépasser certaines limites, j’espère pouvoir démontrer a mon corps et à mon esprit que c’est possible, que les barrières du passé n’ont plus de raison d’être. Apprendre à mon juge, à ma victime, à toutes ces parties de mon être qui ont pris soin de moi jusqu’ici, parfois en faisant survivre des stratégies obsolètes, qu’elles peuvent me faire confiance. Je peux dépasser mes limites sans me mettre pour autant en danger.

Bien sûr, je les entends douter. Je les sens lutter. Et je leur accorde ce droit. Je ferai le point chaque soir avec elles, et avec vous si vous le voulez bien, ne leur état, de mon état, et de La motivation à aller au bout de ce projet.

2 réflexions sur “Une semaine pour me dépasser

  1. Bonjour Akim, je suis certaine que tu découvriras encore des aspects inconnus jusqu’ alors.
    D’ autres facettes de toi.
    Le « chemin » continue, au- delà de ce parcours.
    Mille et une merveilles de toi à contempler…
    Douces pensées pour ce dépassement si important pour toi.
    Véronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *