Jour 2, Burgdorf – Berne

Voilà bouclé la seconde étape de mon périple. Après une discussion avec une amie pro de la randonnée inquiète pour ma santé, et après avoir lu quelques articles sur les risques sur internet, j’ai décidé d’interrompre le jeûne. Un peu déçu il est vrai, mais je dois avoué que le mal de tête a disparu quelques heures après m’être sustenté.

En lisant hier soir l’article d’une ancienne collègue sur LinkedIn à propos d’une « formation » pour « changer de vie » dont l’une des dynamiques est d’informer un groupe de ses progrès étape par étape, j’ai réalisé que je faisais fausse route à toujours vouloir faire les projets de ce type tout seul. Fort de ce constat, je me lancerai à nouveau dans un jeûne dans un séminaire ou une retraite en groupe prévue à cet effet.

Cette journée a été à peu près pareille à ma précédente du point de vue de ce que j’appellerai « l’encombrement cérébral ». Beaucoup de pensées dans tous les sens à tous les sujets. Et au final, lorsque je m’arrête un instant pour voir ce qu’il se passe là-haut, je constate que je suis incapable de me souvenir de tout ce qui m’a traversé l’esprit. 

Je suis parti un peu plus tard qu’hier. J’ai pris le train à 8h00 pour ralier Burgdorf, où j’ai acheté une pique-nique, puis je ne suis mis en route vers 8h30.  Les premiers 500m ont rappelés à mon bon souvenir les efforts de la veille. Les 20km qui ont suivi m’ont paru facile. Les 10 derniers se sont fait dans la douleur. Une douleur lancinante et toutefois légère. C’est bien connu, ce n’est pas quand c’est chaud que c’est le plus pénible. C’était une journée de tous les superlatifs pour ma petite semaine de défi: la plus longue distance avec plus de 30km, et le plus important dénivelé avec 1000m. Pénible mais récompensée par le soleil et des vues magnifiques. La journée a été moins froide et j’ai pu enlever ma veste dans l’après-midi.

Arrivé à Berne, où les ours ne peuvent être vu pour cause d’hivernation, j’ai rejoint l’hôtel Glocke « Berner Backpackers »  où je vais passer la nuit dans une chambre à six lits avec cinqs inconnus. Une première pour moi… Un nouveau défi en quelque sorte. Puis je suis sorti rejoindre mon neveu qui bosse dans ma ville. Nous sommes allé manger ensemble au restaurant. Que du bonheur. A part que j’avais l’air d’un vieillard chaque fois que je me suis levé…

Demain j’aimerais relier Berne à Schwarzenburg. Ce serait à nouveau une grosse étape avec 32km. Je vais garder mes options ouvertes. Il faut déjà que je voie si la nuit suffit à reprendre des forces. Je vais tâcher de partir tôt, et de faire und peu plus de pauses en chemin. Le soleil devrait être de La partie, ça me réjouis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *