Après les attentats de Paris…

Attentats de Paris 13 Novembre 2015Nicolas Sarkozy demande « des mesures pour augmenter la sécurité en France » … N’a-t-il pas encore compris qu’il faut attaquer le mal à la racine ? Votez Nicolas Sarkozy ou Marine Le Pen, et dans pas longtemps, les frontières françaises seront fermées et gardées par des miradors. Tous vos faits et gestes seront surveillés, et si c’était possible, une centrale à la « Minority Report » serait mise en place pour vous incarcérer à la moindre pensée de crime.

La pauvreté est le berceau de l’extrémisme. Alors que les investisseurs gagnent toujours plus, les jeunes se retrouvent toujours plus dans la misère, surendettés dès l’âge adulte voire avant, payés au SMIG alors qu’ils ont fait des études, avec des CDD qui ne se transformeront jamais en CDI, tellement pratique. D’autre part, l’éducation est de plus en plus laxiste. Des jeunes désespérés se retrouvent alors à se faire laver le cerveau par des gens qui prétendent pouvoir les aider, les soutenir… Ca vaut pour toutes les mouvements sectaires, dont, bien sûr, l’EI/Daesh.

Ce n’est pas avec plus de flicage ni avec plus de caméras qu’on augmentera la sécurité dans le monde. La preuve: Toutes les mesures mises en place suite au 11 septembre n’ont pas permis d’éviter les attentats d’hier.

C’est avec une meilleure répartition des richesses, c’est en respectant la promesse faite il y a 50 ans lors de l’avènement de l’automatisation et de la robotisation, et aujourd’hui par l’informatisation de masse. La promesse de redistribuer le profit généré par ces nouvelles technologies supposées libérer les hommes des tâches les plus ingrates aux travailleurs qui de fait se retrouvent avoir moins de travail. La promesse d’une vie meilleure avec plus de temps libre pour les loisirs, la vie sociale, le développement personnel, laissant alors les machines faire le gros du boulot.

La tentative de mise en place d’un salaire minimum universel en Suisse était une initiative dans le bon sens. Remplacer les services sociaux tels que le chômage, l’assurance vieillesse, l’aide sociale par une salaire de base. Laisser ensuite à chacun le choix de travailler pour gagner plus, ou pas, d’organiser sa vie en travaillant plus, ou moins. Car oui, la promesse de plus de productivité par les nouvelles technologies a été tenue. Pourtant, le gain obtenu n’est distribués qu’aux investisseurs et en responsables en haut de la pyramide. Nous travaillons de plus en plus pour gagner de moins en moins, et on nous demande de faire fonctionner l’économie de l’obsolescence programmée prétendument génératrice de croissance. Celle-ci même qui profite de cette productivité accrue pour fonctionner.

C’est pour cette promesse que nous devons tous nous battre aujourd’hui. Celle de voir ce profit distribuer de manière équitable entre les investisseurs, les états et le peuple. Ne laissons pas nos enfants sans espoir d’un avenir meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *